DÉTROIT - Lorsque les actionnaires de General Motors se sont plaints du cours des actions de l'entreprise et de l'absence de dividende, lors de leur assemblée annuelle de mardi à Detroit, le président et chef de la direction du constructeur, Dan Akerson, avait des réponses à offrir pour presque toutes leurs questions.

La valeur du titre de GM est actuellement peu élevée en raison des pertes de la compagnie en Europe, de son passif au titre des retraites à l'échelle mondiale, de même que de l'incertitude entourant l'économie, a affirmé M. Akerson. Et GM s'attache à régler tous les problèmes qui sont à sa mesure, a-t-il ajouté.

M. Akerson n'a toutefois pas voulu aborder directement la question du dividende. GM a pour la dernière fois versé un dividende en juillet 2008. Le dividende a ensuite été éliminé lorsque le géant de l'automobile de Detroit s'est retrouvé sous la protection de la loi sur les faillites.

Le chef de la direction de GM a placé l'Europe au sommet de la liste des problèmes du constructeur, mais il a affirmé aux actionnaires que la compagnie réalisait des progrès sur ce continent.

GM a perdu 256 millions $ en Europe au cours du premier trimestre, et certains analystes se demandent si l'entreprise bouge assez rapidement pour restructurer sa division européenne en réduisant sa capacité de fabrication, entre autres choses.

M. Akerson a indiqué avoir conclu des ententes avec des syndicats en Pologne et en Angleterre, et avoir entrepris des négociations avec de puissants syndicats allemands. Il a qualifié ces entretiens de constructifs.

Le dirigeant a reconnu que GM ne pouvait pas faire grand chose au sujet de l'état de l'économie mondiale, mais il a indiqué que le constructeur avait décidé d'améliorer sa qualité et de remplacer ou réviser 70 pour cent de ses modèles nord-américains au cours des deux prochaines années.