Hercules

Les premières informations concernant un nouveau coupé de hautes performances produit au Canada commencent à remonter à la surface après que des photos aient été prises lors d'essais de conduite extrême dans le grand nord.

C'est Hercules, une compagnie nouvellement fondée et dont les capitaux viennent de sociétés travaillant dans l'aérospatiale et les hautes technologies, qui assurera la production de ce coupé aux performances hors de l'ordinaire.

Hercules

Hercules (photo : Shark Media)

Nouvelle source d'énergie

L'observation des photos et les informations recueillies par l'équipe de photographes permettent de tirer de premières conclusions quant aux spécifications. La longueur hors normes du capot indique clairement la présence d'un groupe motopropulseur de taille importante. On parle d'un V8 de forte cylindrée couplé à un ou plusieurs moteurs électriques. Les techniciens semblaient utiliser un carburant différent. Il s'agirait d'un bioéthanol pur à 100% additionné d'éléments qui donnent une couleur verte légèrement fluorescente. Au regard des performances sur la glace, l'Hercules promet d'être l'hybride la plus puissante du monde. On parle d'au moins 1250 chevaux.

De nouvelles technologies

Selon les photographes, l'Hercules a fait preuve d'une agilité extraordinaire lors des essais sur la neige. Tout laisse à penser qu'elle bénéficiera de 4 roues motrices et aussi directrices. De nombreux capteurs sur les flancs du véhicule indiquent aussi la présence de plusieurs radars de détection périphérique. Ils pourraient servir à stabiliser la voiture par rapport aux autres véhicules et prévenir les accidents en freinant automatiquement. L'aileron arrière n'est que temporaire et sera remplacé dans la version finale par une gestion active de l'aérodynamisme similaire à celle de la Bugatti Veyron (le fond de la voiture bénéficiant aussi d'ailerons mobiles).

Hercules

Hercules (photo : Shark Media)

Des matériaux venant de l'espace

La filiation avec des compagnies travaillant dans l'aérospatiale se voit clairement au niveau du choix des matériaux. La coque sera en carbone renforcé par un nouveau carbure d'iridium, d'abord essayé sur le bras canadien de la station spatiale internationale. Les procédés de fabrication extrêmement complexes ainsi que la somptueuse liste d'équipements (fini en radium brossé, système de navigation intégrant une intelligence artificielle, affichage holographique 3D similaire à celui des avions de combat, porte-gobelets chauffants) devraient porter le prix de l'Hercules au-delà des 2 millions de dollars américains.

À la vue du développement du véhicule et des technologies de pointe employées, il y a fort à parier que l'Hercules ne devrait pas faire sa première apparition publique avant 18 mois. Juste à temps pour le salon de l'auto de Detroit 2011? Ou peut être le prochain 1er avril...