Richmond Hill, Ontario - On pourrait reprocher à MINI d'étirer la sauce en proposant une multitude de produits utilisant la même architecture. Ceux pour qui le plaisir de conduite ne mérite aucun compromis se tournent vers l'un ou l'autre des modèles vendus au catalogue MINI parce qu'ils répondent aux critères de sélection. En revanche, cet attrait pour un véhicule branché surpasse l'expérience de conduite : il s'inscrit dans l'expérience d'achat ou mieux, dans l'expérience de posséder. Vrai, puisque cette petite voiture urbaine offre bien plus que le simple plaisir derrière le volant, elle offre un style qui plaît à une clientèle bien particulière. Ces consommateurs apprécient le style, la personnalisation et y voient un reflet de leur personnalité.

C'est dans cet esprit que MINI propose un autre modèle dérivé : la Roadster. Les ingénieurs et designers se sont inspirés de la MINI décapotable pour concocter un modèle cabriolet à deux places (un coupé à toit souple rétractable) afin de concurrencer Mazda et sa plus toute jeune MX-5. Dans les faits, les deux petites voitures se vendent à prix semblable. Notre modèle d'essai, une MINI Roadster S, se détaille près de 38 000 $.

À voir aussi sur MSN Autos :
Trouvez un concessionnaire MINI
Comparez la Mini Roadster

Une affaire de style

MINI Roadster 2012(Photo : Francis Brière)

Nous avons mentionné que les acheteurs de MINI, à plus forte raison ceux qui préfèreront la MINI Roadster, s'intéressent à la marque pour une principale raison : le style. Bien sûr, cette voiture procure un plaisir de conduire peu commun, mais la motivation première des acheteurs de MINI consiste à vouloir posséder un objet qui se distingue par sa conception originale, par ses formes singulières et ses dimensions menues. La particularité de la Roadster est bien entendu son toit souple que les occupants doivent rétracter manuellement. Le constructeur proposera bientôt un dispositif électrique pour ce modèle. Pourquoi pas un toit rigide ? Pour des raisons évidentes de coûts de production. MINI tient à conserver un prix de base alléchant pour le consommateur. De plus, un toit souple évite la prise de poids inutile. L'allure de la Roadster est moins agressive que celle du Coupé qui se distingue par sa ligne de toit très profilée. En revanche, la décapotable est plus longue de 7 mm et plus basse de 30 mm.

À l'intérieur, les occupants disposent d'un peu plus de dégagement comparativement à une MINI décapotable. La suppression des sièges arrière libère de l'espace à l'avant. Les concepteurs ont également prévu une zone de rangement derrière les sièges. La présentation de l'habitacle se veut fidèle à celle de toute la gamme MINI. On y retrouve les mêmes cadrans, prises d'aération, poignées, etc. Si la chose vous intéresse, une nouvelle couleur est offerte au catalogue : Toffy. Encore une fois, la qualité de fabrication de l'habitacle laisse quelque peu à désirer compte tenu du prix demandé. Les matériaux font bon marché, en particulier les plastics durs. En revanche, les sièges procurent un confort acceptable et sont enveloppants à souhait.

Même recette

MINI Roadster 2012(Photo : Francis Brière)

MINI propose les trois mêmes livrées auxquelles nous sommes habitués : Roadster, Roadster S et Roadster John Cooper Works. En premier lieu, le modèle de base est toujours équipé du même petit 4-cylindres de 1,6 litre produisant 122 chevaux. La livrée S dispose du même bloc doté d'un turbo qui fait grimper la puissance à 181 chevaux. Enfin, la plus puissante des MINI Roadster est mue par un moteur produisant 208 chevaux et 192 lb-pi de couple. Compte tenu du poids de la voiture, il s'agit d'une configuration extrême qui pourra satisfaire le conducteur exigeant et amateur de vitesse. La MINI Roadster John Cooper Works accélère de 0 à 100 km/h en 6,5 secondes environ, ce qui s'avère rapide pour un petit joujou du genre.

La livrée la plus intéressante est sans contredit la Roadster S qui dispose d'une puissance très suffisante pour profiter de ce que cette voiture a à offrir. La suspension est correctement calibrée pour offrir le meilleur compromis entre performances et confort. L'acheteur peut choisir entre une boîte manuelle ou automatique (en option) à six rapports.