Chevrolet HHR SS(Photo : GM)

Une Chevrolet avec le logo SS, ce n’est pas n’importe quelle Chevrolet.

Le logo SS, dans l'histoire de l'automobile, est l'un des plus reconnus et révérés des amateurs. Avec lui, remontent les années mythiques des qui sentaient l'essence et le caoutchouc brûlé. Alors, les attentes sont au rendez-vous. D'autant que la fiche technique du HHR SS n'a rien pour laisser indifférent : moteur turbo à injection directe d'essence, 260 chevaux aux roues avant et une suspension réglée sur le Nürburgring.

SS-thétique
Ça part très bien. Les modifications esthétiques apportées à la version SS (aileron, nouveau carénage à l'avant et l'arrière, calandre noire, roues de 18 pouces en aluminium poli et petits antibrouillards) donnent un caractère résolument sportif au HHR. Et ça marche, le HHR SS arrive plus qu'à son tour à faire tourner des têtes. Dès lors, on a hâte de se mettre à son volant.

Galerie de photos : Chevrolet HHR SS 2009

Dur, dur...
La première impression, lorsqu'on se glisse derrière le volant, est bonne. Le manomètre de pression du turbo intégré au montant de pare-brise ou les sièges performance à l'avant (encore faut-il avoir coché l'option à 125$) donnent le ton. Puis, on essaye d'ajuster la position de conduite et l'on réalise que le volant n'est pas télescopique. Humm... C'est en essayant de ranger ses CD que l'on réalise que les espaces de rangements ne sont pas légion : pas de console centrale et des bacs de porte assez riquiquis. Le coffre sur le dessus de la planche de bord arrive tout juste à sauver les meubles.

Chevrolet HHR SS(Photo : GM)

Chevrolet HHR SS 2009 - Cliquez ici pour voir la galerie complète

D'ailleurs, en parlant de la planche de bord, le fini des plastiques est assez quelconque : ils sont très durs au toucher. Bref, pour l'ambiance, on repassera un petit peu. Heureusement que le HHR est habitable avec des places arrière qui n'ont rien de ridicule. Le coffre est bien pensé et renferme de pratiques espaces. Bon, il est temps de mettre la clé dans le contact.

Dans le creux
Avec 260 chevaux disponibles sous le pied droit, on s'attend à avoir quelques jolies sensations. Malheureusement, ce qui frappe rapidement, c'est l'absence de puissance sous les 4000 tr/min. Au-delà de ce chiffre, on cherche encore une soixantaine de chevaux qui ont l'air d'avoir été portés disparus. Ce moteur manque de oumph à haut régime et de souplesse à bas régime. C'est dommage parce que la technologie de l'injection directe d'essence combinée au turbo s'est montrée très efficace chez d'autres constructeurs. Un petit tour en MazdaSpeed3 suffit pour s'en convaincre. En plus, la boîte de vitesse ne distille pas le moindre agrément et se montre relativement accrocheuse. Et en plus, elle ne comporte que 5 vitesses, là où les concurrentes (MazdaSpeed3 et Dodge Caliber SRT4) en comptent 6. Pour la sportivité, on a déjà vu mieux...

Chevrolet HHR SS(Photo : GM)

Chevrolet HHR SS 2009 - Cliquez ici pour voir la galerie complète

Au goût de l'Allemagne
Heureusement, le HHR SS se rattrape tout à fait en conduite. La mise au point sur le circuit du Nürburgring, ce ne sont pas des histoires. Les suspensions font un travail excellent : la voiture semble bien assise sur ses 4 roues, prend un roulis limité et préserve, et c'est probablement le plus étonnant ici, un confort de bon niveau. La direction est assez communicative. Évidemment, on sent un effet de couple dans le volant. Heureusement, il est relativement bien maitrisé par le différentiel à glissement limité installé sur le train avant ... en option! Il s'agit d'une politique totalement choquante de la part de GM qui devrait installer un tel dispositif de série sur ce véhicule. Un conseil, si vous êtes tentés par le HHR SS, ne fait surtout pas l'économie des 645$ demandés. Toujours au niveau de la motricité, le contrôle de stabilité, incluant l'antidérapage, a été recalibré et il se montre visiblement plus permissif. Le freinage, quant à lui, semble se montrer à la hauteur. Autre bon point, le HHR SS se montre relativement silencieux. Évidemment, par les temps qui courent, la question de la consommation prend un sens tout particulier. Bonne nouvelle, sur autoroute, à une allure légale mais soutenue, le HHR SS ne consommera qu'entre 8 et 9 L/100 km. Mauvaise nouvelle, le chiffre montre à 14 L/100 en ville. Avec 260 chevaux, y'a pas de miracles...

Chevrolet HHR SS(Photo : GM)

Chevrolet HHR SS 2009 - Cliquez ici pour voir la galerie complète

Pas donné
Reste la question du prix. A 28 240$, le HHR SS n'est déjà pas l'affaire du siècle. Et il faut encore en rajouter pour les sièges sport, le différentiel à glissement limité et d'autres accessoires de confort. Ça commence à faire beaucoup. Certes, une MazdaSpeed3 est plus chère mais elle vient toute équipée, sans options, et en donne pas mal plus à son conducteur question sensations. Parce que le vrai problème du HHR SS est là : il n'en donne pas assez. Une Chevrolet SS doit, à un moment ou à un autre, vous faire dresser les poils sur les bras... et ce n'est pas vraiment arrivé durant l'essai.

Fiche Technique
Moteur
: 4-cylindres 2,0 Litres turbo
Puissance : 260 chevaux @ 6200 tr/min (man.)
Couple : 235 lb.pi @ 5000 tr/min
Transmission : manuelle 5 rapports / automatique 4 rapports
Roues motrices : avant
0 à 100 km/h : 6,6 sec (man.)
Consommation moyenne : 9 L/100 km (man.)
Longueur : 4475 mm
Poids : 1488 kg
Prix de base : 28 240 $
Concurrentes : Dodge Caliber SRT4, MazdaSpeed3

SOMMAIRE DE CET ESSAI COMPLET

Chevrolet HHR SS(Photo : GM)

Chevrolet HHR SS 2009 - Cliquez ici pour voir la galerie complète

POUR
-Esthétique sportive
-Espace intérieur
-Suspension surprenante
-Direction communicative
CONTRE
-Moteur creux
-Boîte de vitesse seulement 5 rapports et accrocheuse
-Consommation « presque » acceptable
-Espaces de rangements limités
-Rapport prix / performances pas vraiment favorable