Subaru WRX

Les inconditionnels de la WRX ne s’en réjouiront sans doute pas mais la nouvelle Subaru Impreza 2008 vise maintenant beaucoup plus large.

Subaru est reconnue pour son génie mécanique, ses lignes excentriques, sa fiabilité et ses performances. Une version musclée de l’Impreza, portant la désignation WRX, a remporté le Championnat du monde de rallye; et la WRX de série est devenue une véritable voiture-culte auprès des amateurs de compactes modifiées. La WRX actuelle arbore un gros aileron à l’arrière et une énorme prise d’air d’admission émerge de son capot. Les phares et feux d’appoint sont bien en évidence, avec des prises d’air béantes et son allure générale est celle du mauvais garçon.

Subaru WRX

Mais la nouvelle WRX 2008 – ainsi que l’Impreza dont elle est dérivée – a rejoint les rangs de la masse. Elle retient tous les attributs et capacités des modèles précédents – dont les moteurs et les boîtes de vitesses, mais l’enfant rebelle a grandi. Subaru sait fort bien que les inconditionnels de la WRX ne seront pas ravis de sa nouvelle allure mais échangera volontiers ce mécontentement pour un meilleur accueil auprès d’une plus généreuse portion de la clientèle canadienne. Et, s’il y a une justice en ce marché, le pari de Subaru devrait être payant parce que l’Impreza 2008 pourrait bien être la meilleure affaire disponible parmi toutes les petites voitures.

La nouvelle Impreza est basée sur un châssis entièrement nouveau et elle est offerte en trois modèles: 2.5i, 2.5i Sport et WRX, en versions berline ou à quatre portières avec hayon. Le modèle Sport est unique au Canada et la version berline est unique au marché nord-américain. La nouvelle berline est plus longue de 94 mm que l’ancienne et plus longue de 165 mm que la ‘cinq portes’. Toutes deux ont un empattement qui s’est allongé de plus de 8,3 cm. On augmente ainsi le dégagement à la tête et aux jambes des places arrière, ainsi que le volume du coffre. Malgré ces dimensions plus importantes, la nouvelle Impreza a perdu 23 kilos.

Un tout nouveau visage

La calandre controversée de l’Impreza actuelle a été abandonnée à la faveur d’une calandre large, d’un seul tenant, similaire à celle de la dernière Tribeca. Dans l’ensemble, la carrosserie a des lignes plus nettes et des passages de roues plus subtils. Personnellement, je préfère les lignes de la ‘cinq portes’, surtout le modèle Sport dont les bas de caisse sont plus accentués. Alors que la berline a des blocs de feux rouges et une barre chromée pour élargir ses proportions, la ‘cinq portes’ utilise des lentilles claires, des phares d’appoint incurvés et des accessoires aérodynamiques particuliers sous le pare-chocs. La berline obtient un échappement double tandis qu’il n’y a de place que pour un seul sur la version à hayon à cause de l’aplomb arrière plus court. La prise d’air sur le capot de la WRX n’obstrue plus la vue et sa position plus basse améliore l’aérodynamique.

Subaru WRX

Heureusement, les glaces sans cadre ont disparu à l’avant et avec elles, le claquement creux qui émane de la portière quand on la referme avec la glace à moitié abaissée. Les nouvelles portières à cadre assurent une meilleure étanchéité autour des glaces et réduisent ainsi les bruits de turbulence.

Subaru Impreza

Le nouvel habitacle est nettement plus cossu que l’ancien, avec des matériaux de meilleure qualité et une allure plus moderne. On y reconnaît quelques éléments du tableau de bord aux formes fluides du Tribeca, y compris le concept du cockpit à ‘double nacelle’. Une chose n’a pas changé et c’est l’ergonomie parfaite des trois gros boutons de contrôle du système de CVAC. Il y a davantage de vide-poches pour les petits objets et l’ordinateur de bord livré de série affiche l’heure, la consommation moyenne et la température extérieure. Le totalisateur numérique est difficile à lire en plein soleil mais devrait être corrigé sous peu, selon Subaru.

Le dessin des sièges, la construction et les matériaux sont tous nouveaux et assurent un meilleur maintien pour la région lombaire et les cuisses. L’empattement plus long a permis à l’équipe de design d’offrir un meilleur dégagement aux jambes pour les places arrière. Les portières arrière sont plus larges et ouvrent plus grand que sur l’ancienne Subaru, ce qui facilite l’installation d’un siège d’enfant et les mouvements des occupants. Un verrou additionnel empêche de replier les dossiers arrière, ce qui augmente la sécurité des biens transportés dans le coffre.

Prix réduit, caractéristiques plus nombreuses

La décision de courtiser le grand public s’appuie sur des avantages bien réels au quotidien. Il n’y a pas de modèle écono, tout nu, à bas prix. L’Impreza 2.5i de base, offerte à 20 695 $, propose, de série, la climatisation, le régulateur de vitesse, l’ABS, six coussins gonflables, des glaces et du verrouillage électrique. Même des tapis de sol sont livrés de série. Pour agrémenter le tout, vous obtenez également l’un des rouages intégraux les plus respectés et les plus efficaces sur le marché. Et tout ça pour 2000 $ de moins que la version précédente, qui est plus petite et moins raffinée.

Subaru Impreza

Le modèle 2.5i Sport (23 195 $) ajoute une chaîne audio nettement améliorée, des sièges chauffants, un volant gainé de cuir, des phares d’appoint, des jantes en alliage, quatre freins à disque, du dispositif antirecul virtuellement unique de Subaru et, plus important encore, du système anti-dérapage électronique. Alors que nos voisins américains pourront commander un système de navigation et de télécommunication sans fil Bluetooth, aucun d’eux ne sera disponible au Canada. Le prix de base de la plus puissante WRX est de 32 995 $.

Les groupe propulseurs sont essentiellement les mêmes que sur le modèle précédent: des quatre cylindres à plat atmosphériques à SACT qui produisent 170 chevaux dans les modèles 2.5 et 2.5i et 224 chevaux en version turbo sous le capot de la WRX. Le moteur turbo a été recalibré pour cette application et, grâce à une nouvelle prise d’air d’admission et d’autres changements, le couple maximum est disponible à plus bas régime. Les deux moteurs et les trois modèles sont offerts avec le même choix de boîtes de vitesses: une manuelle à cinq rapports ou une automatique à quatre rapports. Il est un peu étrange de voir lancer une nouvelle voiture avec une boîte automatique à quatre rapports alors que la norme est aujourd’hui de cinq ou six. Et, bien que les cinq rapports de la manuelle soient bien adaptés au moteur atmosphérique, un sixième rapport conviendrait mieux au modèle turbo. Les deux moteurs manquent un peu de douceur par rapport à leurs concurrents, surtout au ralenti et autour de 3000 tr/min.

Sécurité en toute saison

Subaru Impreza WRX

Grâce à son rouage intégral, l’Impreza peut transmettre davantage de couple à la route dans des conditions qui provoqueraient le patinage ou l’intervention du système antipatinage chez les concurrents. Cette sécurité en toute saison, combinée à une suspension à long débattement et une nouvelle suspension arrière à double bras oscillant procure une voiture confortable, bien équilibrée et assez à l’aise dans les virages. Le centre de gravité a été légèrement abaissé (10 mm) et la nouvelle Impreza demeure bien horizontale jusqu’aux limites, qui sont assez impressionnantes. La direction est également plus rapide et linéaire.

Une fois de plus, Subaru va à l’encontre des tendances. Alors que tout le monde dans l’industrie court après une clientèle plus jeune, ce constructeur japonais essaie d’en attirer une plus mûre.

SOMMAIRE DE CE PREMIER CONTACT

Subaru Impreza

Voici les points saillants et la note d’appréciation globale de ce nouveau modèle, tel qu’établis par notre journaliste:

Note globale: 8,1 / 10

Pour

  • Capacité d’absorber des surfaces routières très abîmées
  • Sécurité en toute saison
  • Modèle de base offrant un rapport qualité-prix exceptionnel

Contre

  • Lignes peu excitantes
  • Moteur moins raffiné que les concurrents
  • Un rapport de plus serait bienvenu, sur la boîte automatique et sur la manuelle