MSN Autos(Photo : Dodge)

Il fut un temps, il n'y a encore pas si longtemps, où 160 / 170 chevaux faisaient d'une voiture compacte une vraie sportive. Comme c'est à peu près tout le temps le cas dans l'industrie automobile, il y a eu inflation. Et la Caliber SRT4 exprime ce fait de façon flagrante.Pendant longtemps, tout le monde s'accordait à dire que plus de 200 chevaux sur les seules roues avant étaient une hérésie. Du moins si vous vouliez préserver un tant soit peu vos pneus et espériez que la voiture aille là où vous lui demandiez. Mais le progrès est une marche incessante ... du moins en théorie. Parce que peut-on encore appeler l'idée de faire passer 285 chevaux sur le train avant un progrès?

Quel souffle!
Les ingénieurs de Chrysler sont parvenus à extirper 285 chevaux de leur 2,4 litres de nouvelle génération, présenté lors du lancement de la Caliber. Avec 119 chevaux/litre, on peut dire que c'est une jolie réussite. D'autant plus jolie que Chrysler y est parvenu sans à avoir à faire appel à l'injection directe d'essence, comme ses concurrentes directes : les Chevrolet HHR SS et MazdaSpeed3. Avec un taux de compression relativement bas (8,6 :1) et un rupteur placé à 6500 tr/min, il n'y a pas de miracle pour aller chercher cette puissance : il faut que le turbo souffle fort.

Galerie de photos : Dodge Caliber SRT4

Et c'est ce qu'il fait! Ce qui veut dire que ce moteur ne se distingue pas vraiment par sa souplesse. En dessous de 2000 tr/min, il ne se passe rien et l'on sent clairement que le moteur n'est pas heureux. Au-delà de 3000 tr/min, le turbo embarque et, là, ça devient nettement plus joyeux. La montée dans les tours se faire alors très linéaire. Mais ce qui marque le plus, c'est évidemment l'arrivée brutale d'une cavalerie déchainée qui met à mal le train avant.

Virile...
Accélérateur à fond, les effets de couple dans le volant sont délirants! Le volant part dans tous les sens et on peut faire patiner le véhicule jusqu'en troisième. Purement débile! Avis à ceux qui conduisent le dossier abaissé au maximum avec une main sur le volant et le bras tendu : oubliez ça! La conduite virile d'une Caliber SRT4 demande les deux mains sur le volant en tout temps.

MSN Autos(Photo : Dodge)

Dodge Caliber SRT4 2009 - Cliquez ici pour voir la galerie complète

Parce que les ingénieurs de SRT n'ont pas jugé utile d'installer un différentiel à glissement limité sur le train avant comme ses concurrentes (en option sur le Chevrolet et de série sur la MazdaSpeed3). Ils s'en remettent à un contrôle électronique de traction spécialement calibré. Il faut dire qu'il fait un bon boulot dans la plupart des cas. Mais il n'en reste pas moins que cela ne suffit pas. Cette décision est d'autant plus étonnante que la précédente SRT4, basée sur la 2.0 SX, s'était montrée particulièrement homogène avec un tel dispositif mécanique alors qu'elle ne bénéficiait « que » de 240 chevaux. Pour compléter le portrait mécanique, la Caliber SRT4 reçoit une boîte 6 rapports d'origine Getrag. Si cette boîte présente un étagement des 6 rapports absolument parfait (heureusement, car il faut souvent jouer avec), on ne peut pas en dire autant de la commande, un peu accrocheuse sur les deux premiers rapports. Ajoutez un embrayage avec une course ridicule qui rend la conduite en ville pas spécialement agréable. Alors sortons en, il est temps de prendre la route.

MSN Autos(Photo : Dodge)

Dodge Caliber SRT4 2009 - Cliquez ici pour voir la galerie complète

... et pourtant(presque) civilisée
Une fois le problème d'effet de couple mis de côté, la Caliber SRT4 présente un bilan tenue de route tout à fait satisfaisant. La direction précise en tout temps rend la Caliber très facile à placer en virages et garde la voiture très stable en conduite autoroutière. Il faudra faire avec une certaine lourdeur en manœuvres, mais avec des 225/45R19 en monte d'origine et une telle artillerie sous le capot, vous vous attendiez à quoi? La suspension est évidemment ferme mais elle préserve un niveau de confort surprenant pour un tel engin. La prise de roulis limitée en virage permet des vitesses de passage tout à fait réjouissantes. Le tableau est complété par un freinage absolument sans faille : il se montre progressif et remarquablement puissant.Côté consommation, la SRT4 reste, somme toute, relativement raisonnable. Sur route, on peut descendre à 9 / 10 L/100 km (on est sous les 2500 tr/min à la vitesse autoroutière) mais il faudra tabler sur plus de 14 L/100 km en ville.Un dernier point : en conduite soutenue sur petites routes, n'oubliez pas d'éteindre la radio. Vos oreilles pourront alors profiter du souffle du turbo ainsi que celui de la soupape de décharge (wastegate). Ambiance garantie!

MSN Autos(Photo : Dodge)

Dodge Caliber SRT4 2009 - Cliquez ici pour voir la galerie complète

Peintures de guerre
Dans le plus pur style Dodge, c'est-à-dire « dans-ta-face », les stylistes ont transformé la sympathique Caliber en une machine de guerre. Tout y passe : roues de 19 pouces, ailes élargies, prise d'air sur le capot, immense aileron arrière, gros pot d'échappement, pseudo extracteur d'air arrière et sans oublier des couleurs qui collent bien à la personnalité de l'engin : noir brillant, argent, rouge vif et, surtout, orange flashant. La SRT4 est la plus méchante du lot et entend bien le montrer.En dedans, ça se gâte franchement. Passé les superbes sièges griffés SRT et le joli manomètre de pression du turbo à gauche du volant, il faut faire le constat que la finition n'est pas fameuse. Les plastiques sont durs, l'assemblage est parfois approximatif, les détails de finition (ou plutôt leur absence) semblent être là avant tout pour satisfaire les comptables de Chrysler plutôt que les acheteurs. Et puis, il y a le gros caisson de basse de 200 Watts (optionnel), dans le coffre, simplement attaché aux crochets Isofix de la banquette arrière et qui se promènera un peu partout lorsque cette dernière sera rabaissée en montrant ses fils électriques finis au gros scotch tape noir. Si vous en doutiez encore : vous n'êtes pas dans une japonaise.

MSN Autos(Photo : Dodge)

Dodge Caliber SRT4 2009 - Cliquez ici pour voir la galerie complète

Argument choc
En fait, tout semble avoir été fait pour comprimer les coûts. Et sur ce point, c'est une totale réussite. Malgré un équipement fourni, la Caliber SRT4 se détaille à 21 495 $ au moment d'écrire ces lignes. La précision est importante car Chrysler met en ce moment 3500 $ sur la table pour finir de vous convaincre. Au niveau du rapport prix / puissance, aucune autre ne lui arrive à la cheville.C'est en croisant, lors de l'essai, une Dodge Demon (un muscle car compact des années 70) que la comparaison s'est imposée. Oui, la Caliber SRT4 est la digne descendante d'une Demon. Comme elle, la SRT4 a un caractère de cochon, une finition approximative et un prix à tout casser. C'est un engin sans compromis qui a oublié jusqu'à la notion de juste milieu. Ses défauts sont aussi criants que ses qualités. C'est un engin de pur plaisir mais qui ne s'avèrera pas reposant en conduite quotidienne. Enfin, le prix reste un argument massue. Mais il vous faudra cependant savoir sur quoi vous êtes prêts à faire une croix.

Fiche technique

Moteur
L4 turbo DACT de 2,4 litres
Puissance : 285 ch à 5700 tr/min
Couple: 265 lb-pi à 2000 tr/min
Transmission : manuelle à 6 rapports
Consommation : XXXX L/100 km

Dimensions
Empattement : 2635 mm
Longueur : 4415 mm
Largeur : 1747 mm
Hauteur : 1516 mm
Poids: 1447 kg
Diamètre de braquage : 12 m
Coffre : 525 litres

Prix
24 995 $ (enlevez 3500 $ en ce moment)

SOMMAIRE DE CET ESSAI

POUR
-Style agressif
-Moteur dément
-Tenue de route
-Freinage puissant
-Équipement intéressant
-Boîte parfaitement étagée
-Prix
CONTRE
-Effets de couple délirants
-Pas de différentiel à glissement limité disponible
-Pas de volant télescopique
-Intérieur pas très bien fini
-Commande de boîte un peu accrocheuse
-Embrayage pas progressif